Ysaline Fearfaol : chroniques et autres écrits

11 décembre 2016

Les larmes du passé

Les larmes du passé

Les larmes du passé

C’est un homme désabusé qui s’est assis ce matin-là, à cette table un peu en retrait du comptoir du Café Brune. Ou tout au moins, c’est ainsi que le perçut le propriétaire des lieux, qui, en près de quarante ans de métier, pouvait se targuer sans fausse modestie d’être un bon juge en matière de comportement humain. Plus il observait le jeune homme solitaire, plus il était persuadé de ne pas se tromper. Intrigué, il décida d’aller le servir lui-même. Quittant le bar, il se dirigea vers la table à demi cachée par le dos de la banquette :

— Qu’est-ce que je vous sers ?

L’inconnu leva vers lui des yeux bleus pailletés d’or à l’éclat las :

— Whisky. Double.

— Ce n’est pas un peu tôt, pour du whisky ? Il est à peine dix heures du matin.

— Sans doute, mais peu importe.

Le soleil accrocha un reflet doré dans les cheveux bruns clairs du jeune homme. Le cafetier se fit la réflexion qu’avec un physique comme le sien, il ne devait pas avoir de mal à tomber les filles et sans aucun doute les gars, mais la douleur qu’il lut dans les iris clairs le convainquit que même les beaux garçons pouvaient souffrir.

— Je ne devrais pas dire ça, mais un verre vous fera en effet du bien.

— Ça m’aiderait sans doute à oublier quel crétin je suis.

— Chagrin d’amour ? osa son interlocuteur.

Le jeune homme acquiesça sombrement.

— Peut-être vous reste-t-il une chance ? ne put s’empêcher d’insister le cafetier.

— Pour ça il faudrait qu’elle soit encore en vie.

Et que j’ai été moins lâche, ajouta-t-il pour lui-même.

Un lourd silence était tombé entre les deux hommes. Le patron s’éclipsa sans un mot, pour revenir porteur d’un verre de whisky aux trois quarts plein :

— Cadeau de la maison.

Brunan esquissa un sourire de remerciement, mais l’étau de glace qui enserrait son cœur, lui, ne fondit pas, même lorsque la brûlure de l’alcool traversa son corps.

Aélis… Je suis tellement, tellement désolé… J’aurais dû te protéger, j’aurais dû empêcher mon frère et ses hommes de te toucher. J’ai été si lâche… J’aurais dû tous les tuer, encore et encore, et défier mon frère pour vous libérer, Blodwyn et toi… Je sais que je t’ai promis de refaire ma vie et d’aimer à nouveau, mais ça ne passera pas comme ça. Je ne pourrai jamais t’oublier. J’espère simplement qu’un jour je trouverai le moyen de te rejoindre. Pardon, Aélis…

Le loup-garou acheva son verre d’un trait et se leva. Il déposa un billet froissé sur la table et quitta les lieux, suivi par le regard affligé du cafetier. Devant le désespoir de son éphémère client, lui qui pensait avoir tout vécu, tout enduré, s’apercevait ainsi qu’il s’était trompé.

Posté par Ysaline Fearfaol à 00:30 - - Commentaires [1] - Permalien [#]
Tags :


10 décembre 2016

Voyage sans retour (Ayleen Night) : l'avis de Ninette Doublepage

Voyage sans retour (Ayleen Night)

Un jeune homme, lassé de sa vie, qui décide de tout plaquer et part à Venise sur un coup de tête…

Un gondolier au sourire ravageur dont le cœur a été brisé plus de fois qu’il ne peut les compter, qui pourtant continue à aimer…

Un grand frère dur et protecteur, qui n’hésiterait pas une seconde à tuer celui qui blesserait encore son cadet…

Lorsque Damian débarque dans la Cité des Doges, il ne se doute pas à quel point son voyage risque d’être sans retour…

Le bel avis de Ninette Doublepage :

"Le hasard amène Damian dans la Cité des Doges où il fait la rencontre d'Angelo...

Je suis, une fois de plus, fan de l'écriture d'Ysaline/Ayleen. L'histoire est agréable. On fait le voyage avec Damian et les visites de Venise sont réellement ensoleillées.

Quant aux personnages principaux, au nombre de trois, l'auteur a réussi à les rendre tellement vivants.
Parlons de Damian tout d'abord : je dois dire que j'ai pas de réel avis tranché sur lui. Il n'est pas méchant mais pas un ange non plus. Pour moi, il mérite sa "punition".

Quant à Fabrizio, étrangement, je l'aime bien. Il me fait penser à une maman ourse, impitoyable quant on touche à son petit mais tellement plein de bonnes intentions. Et c'est peut être le fait d'être une maman, mais je comprends à quel point il peut être difficile de "couper le cordon" et d'avoir du mal à laisser son enfant (même si c'est son frère, il l'a élevé donc c'est tout comme) se prendre des claques.

Et enfin... le meilleur pour la fin : Angelo. J'ai eu un vrai coup de coeur pour ce jeune homme plein de gentillesse et d'entrain. Il a un aplomb monumental sur lequel on ne peux que craquer.

En bref, partez sans hésiter pour Venise et vous en reviendrez avec le sourire aux lèvres. Ce fut un réel coup de coeur qui m'a ensoleillé ma journée lorsque je l'ai lu."

Posté par Ysaline Fearfaol à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 décembre 2016

Service presse Nisha Editions : get high tome 5 (Avril Sinner)

Get high tome 5 (Avril Sinner)

Raphaëlle, surfeuse bretonne exilée à Paris, contrôle sa vie avec rigueur. Mais lorsqu'elle rencontre Edern et Jean, deux amis sombres et mystérieux, notre héroïne perd tous ses moyens et se laisse embarquer dans une relation sulfureuse.
Raphaëlle arrivera-t-elle à survivre à ce triangle amoureux sans oublier qui elle est ?

ATTENTION : IL S'AGIT D'UN TRIANGLE AMOUREUX. IL Y AURA DONC DES SCÈNES DE SEXE ASSEZ PIMENTÉES, DES PLANS A TROIS.
SI VOUS PENSEZ QUE CELA VOUS GENERA DANS LA LECTURE DE CETTE SÉRIE, MERCI DE NE PAS LA
LIRE.

 

Une fin que je commençais à entrevoir dès le tome 4, une fin que j'ai trouvé un peu abrupte et qui n'a pas satisfait mon côté fleur bleue mais qui pourrait plaire à d'autres, pour une histoire pas comme les autres, une histoire d'amour, de déchirures et de passions. Passion pour la mer, le surf, l'amour, la vie. Les destins de tous les personnages - pas seulement Raphaëlle, Jean et Edern - se croisent et s'entrecroisent, pour le meilleur ou pour le pire, surtout lorsque l'un d'eux va dans la monde de l'autre. J'avoue cependant regretter que des questions restent sans réponse, mais qui sait ? Peut-être qu'une suite est prévue. Mention spéciale pour le bonus, que j'ai trouvé original.

Posté par Ysaline Fearfaol à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

08 décembre 2016

Y/Con 2016 : un salon plein de surprises !

Reportage Y Con 2016

La Y/Con 2016 a été un salon plein de surprises ! D'abord parce que Bénédicte Girault, mon éditrice à Men Over the Rainbow, et moi-même nous sommes rajoutées au dernier moment, sur le stand de Chris Verhoest, qui a dû se désister pour raisons personnelles. Ensuite, parce que malgré le fait que ne nous soyons pas sur le programme officiel, des tas de gens sont venus  me voir : Karen Harroch du Boudoir Ecarlate, Ninette Doublepage (vous savez, celle qui a mis son mari en tablier à fleurs !! Si, si, je vous jure, ELLE L'A FAIT !!!!), Livie Morane (qui m'a fait une de ces peurs en n'arrivant que le soir alors qu'elle m'avait dit qu'elle serait là à 10h ; j'ai cru qu'il lui était arrivé quelque chose !), Lily Rose (encore pardon pour les couvertures, je ne savais pas !!!!), Ma Lune , Dante Darcy, Christelle, Manhon Tutin (qui était était aussi en dédicace, chez les Divas du MM), sans parler des autres rencontres, Cha Raev (ta prochaine Vutch, c'est pour quand ??? Et dans la foulée, je reprendrais bien une Sax-Lass....), Cate V et ses talons vertigineux (mamma mia, j'en ai encore le vertige !!!), Thomas Andrew (l'homme qui conseille....), Isabelle Hitomi des éditions Voye'l, qui m' afait le plaisir d'une longue et intéressante discussion (si tu savais comme j'ai hâte de découvrir ce dont nous avons parlé !!), Margot, Tiphaine Figaro et tant d'autres encore...

Je suis repartie avec des étoiles dans les yeus et le coeur grâce à vous, mes lecteurs et lectrices.

Merci.

Posté par Ysaline Fearfaol à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

07 décembre 2016

Désirs coupables : Blake et Harper (Rose Darcy)

Désirs coupables : Blake et Harper (Rose Darcy)

Un désir trop longtemps encagé est sur le point de se libérer…
Quand un homme plongé dans les ténèbres en rencontre un autre, l’obscurité recule pour faire place à la lumière aveuglante.
Un prisonnier. Un pasteur.
Rien ne les destinait à tomber amoureux l’un de l’autre.
Mais les contraires s’attirent.
Et parfois, le noir se fond avec le blanc.
Harper et Blake n’étaient pas censés succomber à la tentation.
Pourtant, le meilleur moyen de résister à celle-ci,
c’est d’y céder.
Nombre de mots : 25 000
Avertissement :
Ce texte est une romance M/M à caractère érotique "soft". Décrivant de manière graphique des scènes entre hommes, il ne s'adresse pas à un public jeune et certains propos (ou actes) peuvent choquer la sensibilité des lecteurs.

 

Une nouvelle, certes, mais quelle nouvelle !! Chaude, érotique, douce, tendre, déchirante, prenante... Des héros auxquels on s'attache tout de suite, une écriture fluide qui sait faire passer les sentiments, une histoire poignante avec deux héros forts, qui ont eu tous les deux leur part de misère... Pour une fois, je ne suis pas restée sur ma fin, ce qui est souvent le cas avec des nouvelles. En 25000 mots, Rose Darcy fait passer une vie entière.

Posté par Ysaline Fearfaol à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :