Ysaline Fearfaol : chroniques et autres écrits

25 juin 2017

Course nautique

Course nautique

Course nautique

Note de l’auteur : au tout début du XXe siècle, les rives de la Seine à Paris étaient bien différentes à ce qu’elles sont de nos jours, et servaient à la pratique d’activités variées qui n’ont plus cours actuellement. Pour plus d’informations, je vous invite à vous référer à ce site, que j’ai trouvé très intéressant :

https://www.paris.fr/rivesdeseine/revivre

 

Paris, 1909

 

— Ils n’ont pas pu s’en empêcher, constata Aloys en désignant du menton les jumeaux qui paradaient au milieu de la Seine.

Assis à ses côtés, à l’ombre des piliers du pont d’Iéna, Aymeric ricana :

— Tu t’attendais à autre chose de leur part ?

— Non, pas vraiment.

Le lieutenant de la meute jeta un coup d’œil amusé à son cousin :

— Ils t’ont pris de vitesse, c’est ça ?

Le loup-garou blond soupira d’un air dramatique :

— Même Elwyn a été pris de vitesse.

— Si j’étais druide, je te proposerais bien de les aider à se balancer à l’eau, mais dans l’état actuel des choses, je ne peux pas faire grand-chose pour toi. Ni pour Elwyn.

Morose, Aloys reporta son attention sur la Seine, où Faolan et Ciaran paradaient sur d’étranges engins, composés d’un vélo montés sur deux flotteurs, et qui permettaient de pédaler sur l’eau. Bien entendu, les jumeaux n’avaient pas tardé à se montrer virtuoses dans le maniement de ces curieuses machines. À présent, ils rivalisaient d’adresse au milieu du fleuve, sous les cris d’encouragement de la foule, en particulier ceux des jeunes femmes, plus que sensibles au charme des deux loups-garous.

Aymeric envoya un coup de coude dans les côtes de son voisin :

— Ne fais pas cette tête ; si j’en crois ce que je vois, il y a suffisamment de demoiselles qui lorgnent par ici pour supposer que ton charme de blondinet a frappé, et que tu ne rentreras pas seul ce soir.

Aloys ne chercha pas à masquer le sourire satisfait qui lui montait aux lèvres alors qu’il poursuivait :

— Tu crois que ça a de l’avenir, cette invention ?

— Quoi, l’amphibocycle ? J’en doute un peu, mais au fil des siècles, j’ai vu pire. Ceci dit, les inventions qui survivent le mieux sont en général celles qui servent à tuer ou à mutiler.

— Oh, je vois que tu es en mode optimiste…

— Non, en mode réaliste. Regarde, les jumeaux ont déjà transformé leurs engins en machine de guerre.

Aloys reporta son attention sur la Seine, où Faolan et Ciaran s’amusaient à se foncer dessus avec leurs vélos amphibies, s’évitant au dernier moment, jusqu’à l’instant où ce qui devait arriver finit par arriver : les amphibocycles se heurtèrent avec violence, précipitant leurs occupants à l’eau, en compagnie de leurs engins fracassés l’un contre l’autre. Au grand soulagement de leurs admiratrices, les jumeaux ne tardèrent pas à réapparaître à la surface et à nager pour regagner la rive, tout en se disputant pour savoir qui était responsable du naufrage, avant de se retrouver entourés d’une nuée de jeunes femmes désireuses de leur proposer un abri pour qu’ils puissent se sécher et se changer.

— En clair, elles veulent les voir à poil, résuma Aloys en se levant.

— Où vas-tu ?

— Il y a bien trop de filles pour eux, je vole à leur secours.

Le lieutenant de la meute ne put retenir un rire tandis que son cousin s’éloignait.

 

Note : amphibocycle : bicyclette amphibie, composée d’une bicyclette montée sur des flotteurs, invention des années 1900. Il permettait de pédaler sur terre et dans l’eau ; il suffisait de baisser les flotteurs fixés aux roues. C’est en quelque sorte un ancêtre du pédalo actuel (note de l’auteur, combinée à partir de divers documents anciens glanés un peu partout sur la toile)

1909

Guerre 1914 1918

1935

1945

Posté par Ysaline Fearfaol à 00:30 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,


24 juin 2017

Les Halliennales 2017 : j'y serai !

Les Halliennales 2017

Les Halliennales 2017, j'y serai ! Tous les renseignements, mis à jour régulièrement par les Gentils Organisateurs, sont à suivre ici.

Et ma fiche auteur est .

Cerise sur le gâteau, entre autres merveilleux auteurs présents, il ya aura ma complice Aurore Aylin !!

Posté par Ysaline Fearfaol à 00:30 - - Commentaires [2] - Permalien [#]
Tags :

23 juin 2017

Service presse du Boudoir Ecarlate : les Oiseaux Chanteurs tome 1 : l'héritier des Vêpres (LS Baird)

Les Oiseaux Chanteurs tome 1 : l'héritier des Vêpres (LS Baird)

Depuis des siècles, de jeunes hommes payent le prix fort dans l’espoir d’intégrer le Temple de Valnon en tant qu’Oiseaux Chanteurs. Tous les douze ans, deux d’entre eux, une Alouette et une Grive, sont apurés afin de préserver leurs voix célestes. Mais rares sont ceux qui parviennent un jour à accéder au rang convoité de Colombe, l’avatar de Saint Alveron lui-même. Depuis la création du Temple il y a environ six cents ans, Willim est seulement la troisième personne à devenir Oiseau Chanteur au prix de son sang. Quasi prisonnier du Temple durant la totalité de son mandat, Willim ne se soucie que d’une chose : remplir sa mission en chantant pour Valnon.
Mais tout bascule le jour où son fidèle garde du corps est assassiné. Willim, quant à lui, est sauvé de justesse par Nicholas Grayson, un mercenaire qui porte avec lui des rumeurs de scandales et des prophéties. Hanté par les fantômes et les cauchemars, trahi par un autre Oiseau Chanteur et poussé à l’exil, Willim s’efforce tant bien que mal de déchiffrer l’histoire enchevêtrée du titre de Colombe, afin de mieux comprendre ses devoirs envers Valnon, et son Saint...

 

Un univers original.

Deux choses à savoir avant d'entamer la lecture : tout d'abord, même s'il y marqué tome 1, il s'agit d'une vraie fin, c'est-à-dire que l'histoire commencée s'achève bel et bien à la fin du tome, et que le 2, en cours d'écriture semblerait-il, portera sur le même univers, mais avec une autre histoire. Ensuite, s'il y a bien une romance gay, elle est aussi légère que dans la série "Nightrunner" de Llynn Flewelling. Donc si vous cherchez des étreintes torrides, passez votre chemin ; ce livre est avant tout de la fantasy.
Et quelle fantasy... On est transporté dans un monde de musique, de chants et d'oiseaux, et si au départ, tout ceci ne semble qu'une aimable distraction, il s'avère peu à peu que la musique a un véritable pouvoir, et qu'être Colombe n'est pas juste une jolie distinction. Des épreuves inattendues vont façonner nos Oiseaux Chanteurs, contraints de quitter leur nid pour se retrouver dans le monde extérieur, où ils devront se battre pour survivre. Ils y trouveront des aides étonnantes, en particulier celle de Grayson, un mercenaire, qui dissimule un douloureux secret, plus douloureux encore qu'on ne l'imagine.
Peu à peu, cet univers étrange se dévoile au lecteur, qui finit par en apprécier toute la complexité. J'avoue avoir cependant déplorer l'absence d'un lexique concernant les différents grades des Oiseaux Chanteurs ; je pense qu'il aurait rendu le récit plus facile à comprendre, surtout au début. Ce n'est cependant qu'un détail, qui ne m'a pas empêché de savourer cette histoire originale et envoûtante. Un beau moment de lecture, donc, et c'est avec plaisir que je suivrai le tome 2 des Oiseaux Chanteurs.

Posté par Ysaline Fearfaol à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

22 juin 2017

Service presse du Boudoir Ecarlate : Chevalier Noir tome 1 : la quête (Diane B Rylia)

Chevalier Noir tome 1 : la quête (Diane B Rylia)

Dans la vie de Ciarán, le sorcier, il n’y a eu qu’un homme, un chevalier, dont il ne connaît pas même le nom mais à qui il a pris non seulement une nuit de plaisir mais quelque chose de bien plus précieux. Il pensait ne jamais le revoir, mais, même après dix ans, il n’a pu oublier son visage. Quelle n’est pas sa surprise quand il découvre que le mercenaire que le Roi veut qu’il accompagne pour pourfendre le dragon n’est autre que cet homme. Un homme qui semble avoir tout oublié de lui, un homme violent et brutal mais aussi terriblement attirant.

Schwarz est un homme maudit, excommunié, rejeté par son ordre, il n’a pour lui que son cheval, son épée et son écuyer. Errant de royaume en royaume il loue ses services au plus offrant, ne se sentant vivant et entier que lorsqu’il laisse libre cours à sa rage. Mandé par le roi Adelar pour tuer le dragon, il découvre avec stupeur le sorcier que le roi lui avait adjoint : un homme d’une beauté irréelle mais d’une froideur glaciale. Un homme qui réveille ses instincts les plus violents et lui jette au visage son passé et sa chute.

Sur les routes, forcés de rester ensemble, nos deux héros ne tardent pas à ranimer un feu bien plus brûlant que celui du dragon.

 

Une histoire présentée comme un conte

Je n'ai eu aucun mal à plonger dans cette histoire, présentée comme un conte, puisque nous avons un Chevalier, un sorcier et un dragon, les deux premiers étant censés combattre le troisième, comme dans le meilleur des contes de fées. Ah, et il y a aussi une princesse, mais elle ne joue guère de rôle dans l'histoire, puisque tout se joue entre le Chevalier et le sorcier.
Pour commencer, je dirais que j'ai beaucoup apprécié les petits paragraphes au début de chaque chapitre, écrits comme de petits morceaux de contes de fées (oui, on y revient encore). Ensuite, l'histoire elle-même est plus que prenante. D'abord avec cet étonnant prologue, qui, on le comprend bien, concerne les deux héros de l'histoire, et qui soulève bien des questions sur ce qui s'y déroule (questions qui seront éclaircies plus tard).
Ciaran et Schwarz sont attirés l'un par l'autre, mais pour des raisons différentes et en même temps semblables, chacun d'eux rejette cette attirance, qu'il s'imagine interdite. Ciaran est rongé par la culpabilité. Schwarz, qui a tout perdu après ce qui s'est passé dix ans plus tôt, bien qu'il n'ait rien pu faire pour empêcher ce qui s'est passé à l'époque, est habité par la rage et le désir. Leur combat contre le dragon est aussi épique que ceux des légendes, mais il engendrera surtout une réaction en chaîne qui aboutira à un final totalement inattendu, le genre de final avec lequel on est très très heureux d'avoir le tome 2 sous la main.
Seul reproche : comme d'autre, je déplore la surabondance des "il", qui fait que parfois, il est difficile de savoir qui parle. Un emploi un peu plus important des prénoms aurait été judicieux.

Posté par Ysaline Fearfaol à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

21 juin 2017

Service presse du Boudoir Ecarlate : diversion tome 4 : manipulation (Eden Winters)

Diversion tome 4 : manipulation (Eden Winters)

Lucky Lucklighter a une nouvelle vie. Mais son ancienne cherche à se rappeler à lui.
Alors qu’il a échangé sa carrière de trafiquant de drogue pour attraper les criminels pour le compte du SNB, troquant son amant baron de la drogue pour un homme du bon côté de la loi, Lucky sent que Bo Schollenberger a trouvé le moyen de pénétrer les défenses autour de son cœur. Ce dernier semble avoir réussi à changer les habitudes de Monsieur Je-vis-très-bien-tout-seul et à le faire penser penderie commune, à le convertir au stévia, et même à avoir envie d’une clôture en bois... avec un bon gros cadenas, quand même.
Mais Bo a disparu, et Lucky devra affronter les démons de son passé pour espérer le récupérer. Mais Bo voudra-t-il pour autant revenir vers lui ?
La frontière entre le bien et le mal est fine, et l’ampleur des tentations auxquelles Lucky devra faire face menace de la lui faire franchir.

 

Quand le passé revient frapper à la porte...

Oh.Mon.Dieu. C'est ce que je me suis dit tout au long de ce livre... "Oh mon Dieu, mais comment vont-ils s'en sortir...?". Car le passé qui vient frapper à leur porte est loin d'être le plus heureux de tous...
D'un côté, Lucky qui pense que Walter l'a trahi, et que peut-être, Victor, son ancien amant, dont il se reproche toujours la mort, est encore en vie, et qui éprouve quelque part des sentiments ambivalents pour lui. De l'autre, Bo, qui se glisse de plus en plus dans l'identité de Cyrus, et qui, pour les besoins d'une mission qu'il refuse de quitter, se retrouve à prendre de la drogue par injection, ce qui est tout, sauf conseillé pour un ancien drogué.
En au milieu de tout ça, la tentation de l'argent facile, d'une vie ensemble à la tête d'un cartel dont la majorité des membres regardent Cyrus comme un dieu vivant...
Peuvent-ils seulement s'en sortir ? Leur amour peut-il résister à cette tempête qui menace de les balayer ? A l'heure où Lucky est prêt à se remettre en question pour l'amour de Bo, à qui a-t-il encore affaire ? Bo, ou Cyrus ? Et Bo sait-il lui-même encore qui il est ?
Des quatre tomes, celui-ci est sans conteste mon préféré. Il est tellement intense que je l'ai lu quasiment en apnée, et que je crois bien qu'il ne me reste plus d'ongles à ronger. J'ai hâte de lire le tome 5, car si la fin du 4 est une vraie fin, elle laisse aussi pas mal de questions angoissantes en suspens, des questions, qui, je l'espère, trouveront une réponse dans le tome 5.
Quant aux scènes chaudes, elles sont toujours aussi chaudes, en particulier celle sur la moto...

Par précaution, je vais m'acheter un truc à mâchouiller quand ce dernier sortira...

Posté par Ysaline Fearfaol à 20:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,