Séduction maudite (Stéphane Soutoul)

Journaliste audacieuse, Gabrielle Colleni ne vit que pour son métier. Jusqu’au jour où sa sœur trouve la mort dans d’étranges circonstances. Qui peut croire qu’il s’agit d’un accident ? Certainement pas celle que tous surnomment « la Fouineuse ».
Et son premier suspect n’est autre que le fiancé de sa cadette : Stanislas de Beaumiracle, riche, beau, célèbre… et malheureux en amour. Bel euphémisme puisque toutes les femmes de sa vie ont été victimes d’un sort funeste.
Si la police n’a jamais rien pu expliquer, la presse à scandales ne se lasse pas du « Séducteur maudit ».
Prête à tout pour découvrir la vérité, Gabrielle va devoir approcher Stanislas, mais aussi Mathis, l’énigmatique frère, tout en évitant les cadavres qui ont la fâcheuse manie de s’accumuler dans l’entourage des Beaumiracle…

 

Plusieurs heures après avoir fini ce roman, je suis encore plongée dans l’ambiance qu’a su créer Stéphane. Je crois qu’il va me falloir du temps pour revenir du château de Beaumiracle. Par contre, ses habitants, eux, ne me quitteront sans doute jamais. Stéphane a un talent certain pour créer des ambiances uniques. Ici, on est loin de « si proche de lui » ou de « la proie du Papillon ». Tout est plus feutré, plus, je dirai, vieille France, ou campagne anglaise, avec un je ne sais quoi qui fait se demander si la Révolution française est bien passée par là. Il suffit de voir la manière dont Philibert, le majordome, mène les femmes de chambre…

Du coup, le flamboyant Stanislas en paraît presque incongru, avec ses flirts incessants, ses activités de photographe de mode, et les mannequins qui lui tournent autour sans arrêt. C’est vrai qu’il ne semble guère affecté par le décès de Laura, la sœur de Gabrielle, puisqu’il la remplace très vite par l’une de ses modèles ! Serait-il possible que ses airs frivoles, se cache un Barbe Bleue des temps modernes ? Certains indices semblent pencher en cette faveur…

Mais… Tout n’est pas si simple, et si vous voulez avoir la chance de percer l’énigme, soyez attentif. Des indices rôdent. J’avoue m’être amusée à faire part de mes divers soupçons à Stéphane, avant de lui donner mon dernier nom (qui s’est avéré le bon, même s’il me restait une surprise de taille à découvrir).

Je ne vais pas spoiler l’intrigue, simplement vous inviter à marcher sur les pas de Gabrielle (mais faites attention si vous décidez de monter sur les toits), car vraiment, cela en vaut la peine. Une des choses que j’admire le plus dans l’écriture de Stéphane, c’est sa capacité à se mettre dans la peau de ses personnages féminins. C’est vraiment incroyable, il ne fait pas une faute. Certains épisodes entre les mannequins m’ont furieusement rappelé l’internat de filles que j’ai subi quelques années (et où j’ai eu plus d’une fois la tentation de commettre quelques meurtres…) tellement c’était criant de vérité ! Une autre, ce sont les descriptions de ses héros masculins… Je perds quelques litres de bave à chaque fois, je l’avoue…

Pour la troisième, on s’expliquera lui et moi devant une boîte de chocolats à notre prochaine rencontre… Vous comprendrez à quoi je fais allusion en lisant.

Quoi, je ne vous l’ai pas encore dit ? Ne passez pas à côté des mystères des Beaumiracle !

 

Merci aux éditions Pygmalion et à Stéphane Soutoul pour ce SP