Colliers et menottes tome 1 : un coeur déverrouillé (KC Wells)

Depuis la mort de son amant et soumis deux ans auparavant, Léo ne vit pas – il se contente d'exister. Il se concentre pour faire de Collars & Cuffs, un club Bdsm dans le village gay de Manchester, une réussite. Cela change la nuit où son associé et lui se retrouvent pour leur réunion hebdomadaire au Severinos. Leo ne peut pas détourner le regard du nouveau serveur. Le timide jeune homme semble déterminé à éviter celui de Léo, mais c'est comme agiter un chiffon rouge devant un taureau. Leo aime les défis.

Alex Daniels travaille au Severinos afin d'économiser de l'argent pour vivre seul. Il a du mal à sortir du placard, mais il est attiré par Leo, le superbe homme aux yeux bleus glacés qui mange presque tous les soirs dans sa zone de service. Leo ne laissera pas l'hésitation d'Alex s'interposer. Il le garde même loin du club afin de ne pas l'effrayer. Et lui dire qu'il est un Dom ? Mauvaise idée. Un rendez-vous devient deux, mais ce deuxième rendez-vous mène dans la chambre de Leo. . . et Alex découvre des choses sur lui-même qu'il n'avait jamais réalisées – et n'avait jamais voulu que quiconque voit.

 

Bon, je ne peux pas dire que j'ai été enthousiasmée... C'est sympa, ça se laisse lire, les personnages sont assez attachants, mais j'ai trouvé qu'ils manquaient de profondeur. Il y a énormément de scènes de X, ce qui en soit ne me dérange pas, bien qu'elles soient toutes un peu semblables et prévisibles, mais du coup, si on les enlève, ce qui reste est un peu léger. Les problèmes se résolvent quasiment tout de suite, et du coup, ce qui fait l'intensité d'une intrigue retombe comme un soufflé, comme le chantage du petit frère d'Alex (un type détestable, d'ailleurs, ce frangin), réglé en deux coups de cuillères à pot. Et puis l'histoire de la mère qui rejette son fils alors que le père accepte, sans compter la meilleure copine qui sait tout de l'homosexualité d'Alex, bon, c'est un peu caricatural, à force, comme schéma. Le côté BDSM n'est pas mal, sans plus. Par rapport à d'autres livres que j'ai pu lire, il manque d'intensité. Et puis quand même, voir l'auteur du livre critiquer les auteurs de romans BDSM qui parlent de Dom reconnaissant au 1er coup d'oeil un soumis naturel et voir son propre héros agir ainsi avec son futur soumis, ça m'a doucement fait rigoler. Bref, il ne restera pas dans mes annales, mais pour un moment de lecture sans prise de tête, sans trop de mièvrerie et avec une souffritude très minimale, c'est pas mal.

Mais on est très loin d'Anna Martin quand même ; vu que les héros se réfèrent fréquemment à cette trilogie (que j'ai lue aussi), autant le mentionner aussi.