Kage tome 1 : désemparé (Maris Black)

Je m’appelle Jamie Atwood, et je suis addict. Je n’aurais jamais cru dire une telle chose un jour. Je n’ai jamais eu aucun problème de ce genre avec quoi que ce soit de toute ma vie. Je viens d’une famille moyenne, j’avais de bonnes notes à l’école, et même une petite amie cheerleader canon... mais la vérité, c’est que rien ne me touchait vraiment, au fond de moi. Alors comment un type insensible comme moi a-t-il pu devenir accro ?

J’ai rencontré Michael Kage, voilà comment.

Kage est lutteur de MMA. Un lutteur très connu. J’aime bien me dire que c’est grâce à moi qu’il l’est devenu.
Il est tellement charmant, avec un physique à faire pâlir une star de cinéma et du talent à revendre. Alors pourquoi a-t-il eu besoin de m’engager comme apprenti publicitaire ? C’est simple : il a une part obscure en lui, comme un trou noir tellement profond qu’il pourrait l’engloutir, ainsi que moi et tout notre entourage... et ça, ce n’est pas bon pour le business.
La première fois où je l’ai rencontré, j’ai ressenti une attraction. Je pense que c’est pile à ce moment-là que mon addiction a commencé. Et même si j’avais su à l’époque ce que je sais maintenant, je serais quand même tombé amoureux de lui. Comment pourrait-il en être autrement ?

Kage est tout pour moi.

 

Mitigé

Un sentiment mitigé pour moi à la lecture de ce livre. Je ne suis pas vraiment fan des milieux sportifs, et plutôt que d'interminables passages sur les entraînements, les enchaînements de coups et autres, j'aurais préféré suivre davantage les sentiments de Jamie (puisque l'histoire est racontée de son point de vue, et qu'il fut vraiment être aveugle pour ne pas voir que Kage fait tout pour séduire Jamie). On voit bien que Jamie a des sentiments ambivalents, mais l'introspection n'est jamais très poussée ; on passe tout de suite à une énième description d'entraînement, de tenue vestimentaire ou du mobilier d'une suite. Il est clair que sa prise de conscience de son attirance pour les hommes - et Kage en particulier - ne va pas se faire du jour au lendemain, mais à aucun moment, on n'a une idée claire du pourquoi il refuse de s'avouer cette attirance. Peut-être que ce sera dévoilé dans les tomes suivants, cependant, ça m'a manqué pour vraiment m'immerger dans l'histoire. Il n'y a que vers la fin que j'ai ressenti cette vibration que je recherchais depuis le début, et qui fait qu'on a envie de savoir ce qui va se passer par la suite.
Par contre, les scènes de sexe, elles; sont torrides, et j'avoue sans fard que sans elles, je n'aurais pas terminé le livre. Je lirai cependant le tome 2, car la fin du 1 est suffisamment intense (enfin !) pour qu'on n'est pas envie d'en rester là.