Le Collier d'or tome 1 : le choix (Grace R. Duncan)

Pour Teman, gitan né au XIème siècle, la liberté vaut plus que tout. Avec Jasim, son meilleur ami, ils monnaient leurs services en tant que voleurs – jusqu’à cette nuit où ils se font prendre, et qui signe la fin de leur précieuse liberté. On leur propose de choisir entre le cachot et l’esclavage sexuel au palais ; ils deviennent esclaves, mais Teman jure de s’échapper.

Bathasar n’a aucune envie de monter sur le trône. Il préférerait que son frère devienne malik à sa place, ce qui convient parfaitement à leur sadique de père, Mukesh. Lorsque Teman, le bel esclave qu’il a observé en secret, lui sauve la vie, Bathasar a pour la première fois recours aux services d’un esclave. Bathasar et Teman ne tardent guère à tomber amoureux, mais leur bonheur est loin d’être idyllique. Un jour, Mukesh brutalise Teman devant la cour et s’attire les foudres de l’impératrice d’un pays voisin. Afin de l’apaiser, il lui offre Jasim en cadeau, et Teman décide de courir le risque de rester aux côtés de Bathasar.

Le calme est de courte durée. Mukesh projette d’envahir le pays d’adoption de Jasim, et Bathasar doit trouver un moyen d’empêcher la catastrophe. Mais s’il y parvient, il devra monter sur le trône et disposera alors du droit de libérer Teman, qui le quittera sans doute… Quel autre choix pourrait faire un gitan ?

 

C’est le type même du genre de livre qu’on aime ou qu’on déteste… Alors oui, il est hot, très hot, et constitué surtout de scènes de sexe BDSM, ce qui n’empêche pas l’éclosion de plusieurs histoires d’amour, dont bien sûr celle de Teman et Bathasar (d’ailleurs, puisqu’il s’agit d’un tome 1, je me demande qui est au programme du tome 2… ?). Mais il y a aussi une histoire de fond, avec manigances politiques et complots. Alors oui, on pourrait dire que les personnages sont un peu trop lisses et trop gentillets, que Teman cède trop vite, à la fois à son conditionnement et à ses penchants (qu’il découvre), mais d’un autre côté, quand dans un résumé on me parle d’esclaves sexuels, ce que j’ai lu est exactement ce que j’avais envie de lire, et tant pis si certaines scènes sont répétitives (par contre, elles sont toutes à lire dans un congélateur, ou dehors en plein hiver, et pas en période de canicule comme je l’ai fait…). La description du conditionnement des esclaves est un moment particulièrement intéressant du livre, tout comme le sont la rencontre de Teman esclave et de sa famille, et le choix fait par ce dernier à la fin du livre entre l’esclavage et la liberté (un choix par si facile qu’il n’y paraît…). Les personnages dits secondaires ne le sont pas tant que ça, et j’avoue que j’aimerais beaucoup retrouver Darius, Nadir et Cyrus… Mention particulière pour Kaya, la mère de Teman, une femme qui a la tête sur les épaules, et pour l’impératrice Jielan, qui n’a pas froid aux yeux !!

PS : je trouve la couverture sublime.

Lien Amazon :