Le Jarwal (Patricia Le Sausse)

Basile n’a pas choisi la vie d’exclu qu’il vit à cause du métier de son père, bourreau dans le comté de Provence en cette année 1268. Il n’a pas voulu non plus devenir son apprenti. Quand il découvre qu’il possède le don de ressentir les émotions des gens qui l’entourent, de se les approprier et de les retourner contre ceux qui le méprisent, tout bascule.
Accusé de sorcellerie, poursuivi par un inquisiteur, agressé par des sentiments qui ne lui appartiennent pas, il doit fuir pour retrouver son clan. Tant qu’il n’aura pas réussi à maîtriser cette puissante empathie, il sera menacé.
À moins qu’il ne décide de l’exploiter pour dominer les autres en manipulant leurs émotions...

Un livre que j’ai dévoré quasiment d’une traite, tellement il est prenant. De plus, il est remarquablement bien documenté, en particulier sur le métier de bourreau. L’auteur a parfaitement su démontrer la dualité existant dans la perception des bourreaux (ou plutôt, des exécuteurs des hautes œuvres) : vilipendés et tenus à l’écart par la population, qui pourtant a besoin d’eux pour lui assurer les « spectacles » dont elle raffole. Mon seul regret est que ces recherches ne soient pas étendues à l’équitation ; non, on ne fait pas avancer un cheval en serrant les cuisses (il ne sentira rien, les cuisses étant posées sur les quartiers de selle), mais on serre les mollets ou on lève les talons, et non, un tiraillement du mors ne fait pas avancer un cheval, bien au contraire ! Je ne connais personne qui avance quand on lui tire sur la bouche…

Pour en revenir à l’histoire, dans de telles conditions, pas étonnant que Basile ait la tentation d’utiliser ses capacités pour se venger. Quel choix aurions-nous fait, à sa place ? Facile de dire « oh, moi, je ne céderai pas ! » si on n’a jamais été confronté à la haine et à la vindicte des autres ! L’auteur sait parfaitement décrire les hésitations du jeune homme, partagé entre le ressentiment (à mon sens légitime) qu’il éprouve, et les principes que lui a inculqués sa mère, des hésitations qui vont le tourmenter tout au long de sa fuite, alors qu’il découvre peu à peu qui il est, et d’où lui vient cette capacité à ressentir et utiliser les émotions des autres. Et nous, lecteurs, nous passons peu à peu d’un récit historique à un récit fantastique, amené par petites touches subtiles. J’ai particulièrement aimé la manière dont l’auteur décrit et nous fait visualiser les sentiments, qui ont la part belle dans cette histoire, plus encore que les personnages, qui, eux, ne livreront leurs secrets qu’au tout dernier chapitre, nous laissant entre temps osciller entre sympathie et antipathie.

Une très agréable lecture, donc, à ne pas bouder pour les amateurs du genre.

Lien Amazon :