La meute de Chânais tome 5 : Duncan la genèse (Ysaline Fearfaol)

 

Le poids du passé

 

 

Debout au sommet d’une colline, Duncan de Chânais embrassait son domaine du regard vert que craignaient tant ses ennemis. Le vent jouait dans ses cheveux blonds, sur lesquels le soleil accrochait des reflets dorés. La silhouette athlétique à l’apparence d’un jeune homme d’une vingtaine d’années gardait une immobilité minérale tandis qu’il parcourait les terres du clan, tant avec les yeux qu’avec l’esprit. Chaque fois qu’il revenait d’Avalon, il prenait ainsi le temps de redécouvrir ces lieux qu’il avait arrosés de son sang, bien des siècles auparavant.

Cela faisait presque huit cents ans à présent qu’il dirigeait les siens. Seigneur à la main de fer, il était craint, respecté, admiré, aimé. Seule sa sœur Ailis, la guérisseuse de la meute, connaissait le prix qu’il avait payé et payait toujours pour être ce qu’il était.

 

Un druide.

 

Un loup-garou.

 

Un immortel.

 

Un Alpha.

 

Un Seigneur.

 

Et autre chose encore, une part sombre et dangereuse qui avait failli le tuer lorsqu’il avait dû apprendre à la maîtriser. Une part terrifiante, née de circonstances exceptionnelles, qu’il n’avait libérée que rarement au cours de sa longue existence, manquant chaque fois de se perdre lui-même.

 

Un voile d’amertume traversa les prunelles de Duncan. Comme si cela ne suffisait pas, il bravait de plus en plus ouvertement les lois d’Avalon en s’affichant avec Ysolda, la Dame du Lac, son amante depuis des siècles. La souveraine de la contrée magique n’était pas censée n’avoir qu’un compagnon. Elle était censée faire passer Avalon avant tout, et pour cela, ne pas s’attacher à un seul homme. Autrefois, des Dames du Lac étaient tombées sous l’influence de leur époux, et Avalon avait failli être détruite, car seule la magie des femmes pouvait y régner. Depuis, la loi interdisait à une Dame du Lac de se lier à un unique amant. Choisie par magie, la souveraine d’Avalon ne pouvait pas non plus abdiquer. Elle ne quittait sa charge que le jour de sa mort.

Le Seigneur des de Chânais ne pouvait nier que des temps sombres l’attendaient, et que bientôt sans doute, il allait devoir payer le prix de sa rébellion, mais pour l’heure, c’était son passé qui venait frapper à sa porte, et quel passé…

 

Le regard de Duncan glissa machinalement vers ses poignets. Malgré les siècles, il sentait encore le poids des chaînes qu’il avait portées…

 

A suivre...

Lien Amazon : http://amzn.to/2zl2Ubo