2014

2014

Yseult referma pensivement le livre qu’elle tenait avant de s’appuyer plus confortablement contre le torse nu d’Aymeric, qui avait lu toute l’histoire par-dessus son épaule. Elle se tourna légèrement pour plonger ses yeux bleus dans les siens :

— C’est… étrange, non ?

— Oui, je l’avoue.

Le loup-garou lui effleura les cheveux d’un baiser avant de poursuivre, songeur :

— Lire sa propre histoire, comme ça, savoir que d’autres gens en auront connaissance… Oui, ça fait un drôle d’effet.

— Penses-tu que les gens y croiront ?

Le lieutenant de la meute sourit :

— À une autre époque, oui, ils y auraient cru. Au XXIe siècle… Autant les gens aiment lire des livres sur la magie et les créatures qu’ils appellent surnaturelles, autant, au fond d’eux, ils ne croient pas à leur existence. Même s’ils aimeraient.

— Comment cela ?

— Cette fascination pour tout ce qui touche à la magie au milieu d’un monde si façonné par la technologie, n’est-ce pas un signe qu’elle leur manque ? Leur inconscient sait qu’ils ont perdu quelque chose en cours de route, et ils essaient désespérément de le retrouver, alors que leur éducation crie à l’hérésie.

— Je te trouve bien philosophe, ce soir.

— Je vis depuis trop longtemps pour ne pas avoir acquis un peu de sagesse. N’en déplaise à certains.

La jeune femme éclata de rire avant de poser soigneusement le livre sur la table de nuit. Puis elle se tourna complètement pour s’installer à califourchon sur les cuisses de son amant et noua ses bras autour de son cou pour l’embrasser avec passion.

 

Vous lirez mes livres comme des romans. Pourtant, ils sont vrais, de la première à la dernière ligne.

 

Ysaline Fearfaol, Chroniqueuse des de Chânais.