Djihad ? (Frédéric Lemonnier)

Dans leur immeuble résonne l’ouverture de Tannhaüser : cela signifie pour Mohamed et ses cousins qu’il est temps de se rassembler autour du Cheikh. 
Dans le plus grand secret, ils travaillent à la préparation d’une attaque terroriste. Bientôt, ils passeront à l’action...
Si les deux frères sont totalement acquis à la cause, Mohamed se montre plus réservé... Et surtout, il y a cette rencontre avec Julien qui le bouleverse. Mohamed sait pourtant que sa religion condamnerait une relation plus intime avec cet inconnu. Doit-il choisir entre sa foi et l’amour ? Pourra-t-il mener sa mission jusqu’à son terme?

 

J’avoue avoir longtemps hésité avant d’acheter ce livre. Je n’étais pas sûre d’avoir envie de me plonger dans une histoire parlant de terrorisme. L’actualité est bien assez moche comme ça, et si je lis, c’est avant tout pour m’évader. Mais au final, la curiosité a été la plus forte, et elle a été bonne conseillère.

« Djihad ? » est une plongée sans concessions dans l’univers du terrorisme, des services secrets, de l’intolérance, et de la folie humaine. En lisant certains chapitres, je me suis une fois de plus demandé en quoi est-il si compliqué de laisser chacun vivre à sa guise ? Quelle importance est-ce qu’un individu soit jaune, noir, blanc ou même vert ? Qu’il soit de la religion machin, de la religion truc ou qu’il préfère ne pas avoir de religion du tout ? Qu’il aime les hommes, les femmes ou les deux ? Du moment qu’il ne fait de mal à personne, pourquoi ne pas le laisser vivre en paix ? Et pourquoi vouloir à tout prix convaincre cet individu que ses actes ou ses croyances sont faux et que s’il ne change pas, il ne mérite que de mourir ?

Oui, je l’avoue, ça me dépasse…

D’ailleurs, je ne suis pas la seule ; excepté peut-être Julien, tous les protagonistes de ce livre, dont on découvre l’histoire à tour de rôle, semblent dépassés par les événements, voire par leurs propres croyances. Mohamed est d’ailleurs déchiré entre sa foi et ses envies, ce qui explique peut-être la demande qu’il fait à Julien, une demande qui, je l’avoue, m’a mise mal à l’aise, car j’estime que lorsqu’on aime, on accepte les gens tels qu’ils sont (et je parle en connaissance de cause, puisque mon père est issu d’une famille de militaires, catholique et gaulliste, et ma mère d’une famille de communistes athées antimilitaristes, et que tout le monde a toujours réussi à s’entendre avec tout le monde, sans que personne ne demande à l’autre de changer). Je sais que pour ma part j’aurais refusé, mais là encore, chacun est libre de ces choix.

Un livre à lire, toutefois, pour découvrir de l’intérieur un phénomène que personne ne peut ignorer, car il fait hélas partie de notre quotidien.

Lien Amazon :