Captif (Tony Wurtz)

Captif pendant des mois d’un homme mystérieux qui lui fait subir toutes sortes de violences sexuelles, Pierre ne comprend pas ce qui pousse celui-ci à tant de perversité. Semaine après semaine, il passe par toute une palette de sentiments et d’émotions, depuis la peur jusqu’à l’acceptation de son sort.
L’arrivée de Romain, une autre victime de l’homme, va perturber ce fragile équilibre. Pierre échappera-t-il à l’emprise de son bourreau ?

 

Scotchée

 

Voilà un roman qu’il est bien difficile de classer… Il ne s’agit en aucun cas d’une romance. C’est dark, très dark, brutal, violent (tant physiquement que psychologiquement), les mots utilisés sont crus, fait pour rabaisser, humilier. L’histoire commence après la libération de Pierre, et le récit est celui qu’il fait au policier chargé de l’enquête. Il est difficile de dire combien de temps le jeune homme est resté captif de son bourreau ; les repères temporels ne sont pas précis, mais ça n’a rien d’anormal, puisque Pierre lui-même a fini par perdre la notion du temps.

Il comprend vite qu’il n’a d’autre choix de se soumettre s’il veut survivre, mais à l’arrivée de Romain, la donne change, et elle change d’une manière tout à fait imprévue, ainsi que nous le font comprendre ces courts chapitres exprimant les pensées de Pierre.

Celles qu’il n’avoue à personne, ni à l’inspecteur, ni à son père, ni à son Angelo, son amant.

Celles qui vont changer sa vie.

Jusqu’à un final inattendu. Ce final qui a fait que j’ai aimé ce livre, car au-delà de la description des sévices subis par Pierre (attention, elle est très détaillée ; âmes sensibles s’abstenir !), on s’aperçoit que l’auteur a fait preuve d’une grande finesse dans la psychologie des personnages, en particulier de celui de Pierre. Et pire que tout, l’évolution du jeune homme est des plus crédibles…

PS : ne pas se fier au nombre de pages indiqué par Amazon ; le nombre de pages dépend du format du livre, de la police d’écriture, de l’intervalle entre les lignes. La seule chose importante est le nombre de mots (ici : 37 000, ce qui en fait un roman court).

Lien Amazon :