le Club des Dominants tome 1 : domination et autres déviances (Maie Sexton)

Après quatre déploiements en Afghanistan, Warren Groves n'a pas réussi à se refaire à la vie civile. Au cours des douze dernières années, il a survécu en passant de petit boulot à petit boulot, parfois étranges, souvent illégaux, pour les plus démunis de Denver. Sa vie personnelle est tout aussi peu satisfaisante. Il se rappelle à peine la dernière fois qu'il a couché avec qui que ce soit, et encore moins la dernière fois qu'il a pu se montrer dominant comme il l'aime. Le destin intervient lorsqu'en rendant un service à un ami, il rencontre un jeune prostitué du nom de Taylor Reynolds. Taylor a passé les années précédentes seul, à vendre son corps et à suivre chez lui quiconque était prêt à lui offrir un repas chaud et un toit pour la nuit. Il aime qu'on le force à se soumettre, et il propose à Warren une offre que ce dernier ne peut refuser : toutes les parties de jambes en l'air qu'il désire, aussi rude et obscène qu'il le veut, en échange du gîte et du couvert. Warren pense qu'il a touché le gros lot : Taylor est le colocataire parfait, il cuisine, fait le ménage, et est un dieu au lit. Mais il a également de sombres démons au fond de son coeur, et des envies encore plus obscures. Tomber amoureux de quelqu'un d'aussi volatile que Taylor est déjà suffisamment dangereux en soi, mais quand les besoins de Taylor se révèle autodestructeurs, ce sera à Taylor de décider jusqu'où il pourra laisser les choses aller.

 

J'ai mis longtemps à me décider à lire ce livre, car le terme "Déviance" dans le titre me faisait hésiter. Je le trouve très mal choisi, car il conforte l'idée que que les adeptes du BDSM ne sont pas normaux, et s'il y a bien des personnages au comportement déviant dans ce livre, c'est parce qu'ils sont violents et ont un comportement abusif, ce qui n'a rien à voir avec le BDSM.

Pour le reste, on a des personnages blessés, traumatisés, qui se dévoilent peu à peu, au gré de scènes pas toujours faciles à lire, non pas en raison des actes commis (sincèrement, j'ai lu bien pire et bien plus dur de ce côté-là), mais en raison de ce qu'ils sous-entendent, de toute cette douleur refoulée et mal gérée, qu'il s'agisse de Warren ou de Taylor. Même si c'est de manière différente, l'un et l'autre se punissent pour ce qu'ils ont fait ou pas fait, pour ce qu'ils auraient dû faire ou ne pas faire. Ils portent chacun le poids d'un monde sur les épaules, et en dépit des apparences, Warren ne gère guère mieux que Taylor son passé, même si sa manière de le montrer est moins extrême.

Ils m'ont tous les deux touchée au coeur, avec un petit faible pour Taylor, si jeune et abusé si cruellement par celui qu'il croyait aimer (je n'en dirai pas plus pour ne pas spoiler). J'ai lu leur histoire avec passion, j'ai fermé le livre avec regret, et j'avoue que j'aimerais bien une suite avec les autres membres du quatuor des Dominants, mais je n'en ai pas trouvé trace, ni en anglais et encore moins en français.

Lien Amazon :