Quand la nuit tombera (Reru)

Adec est druide, guérisseur. Depuis l'extermination de sa meute d'adoption, dix ans plus tôt, Adec a décidé qu'il ne s'attacherait plus à personne, et encore moins à un Sélène loup. Cela serait trop douloureux si cela tournait mal, et le trou béant dans son cœur est déjà bien assez grand. À Crépuscule, il a trouvé son équilibre.

Quand son village est attaqué par des tueurs de Sélènes, Eivind fuit avec sa meute. L'alpha, secoué par cette attaque et par la trahison de son ancien amant, semble trouver en Crépuscule un havre de paix où il pourra s'établir avec les siens et se reconstruire.

Adec et Eivind n'avaient pas prévu de se rencontrer.

Ils n'avaient pas prévu de se plaire.

Pour s'aimer, ils devront dépasser leurs passés et leurs blessures. Mais surtout, ils devront échapper au groupe d'assassins extrémistes qui semblent penser que le monde serait plus beau sans les descendants des dieux.

 

OMG, quel ennui que ce livre !! Je l'ai lu jusqu'au bout, et plus ça allait, plus je m'ennuyais... L'intrigue est tout aussi plate, naïve et lisse que les personnages. Il n'y a ni saveur ni relief, rien qui fasse vibrer, pas même l'histoire des tueurs de Sélènes. Eivind m'a fait l'effet d'un gros toutou de salon, sans aucun charisme. Adec accepte tout passivement, sans se poser de questions. Les dieux arrivent comme un cheveu sur la soupe, limite comme dans un conte pour enfants, et ne font qu'ajouter à la confusion de la narration, où des tas d'idées sont lancées sans vraiment être exploitées.

Il n'y a aucune nuance ; tout le monde est soit beau et gentil, soit fourbe et très méchant. Et certaines questions restent sans réponse à la fin, avec une pirouette de la part de l'auteur pour ne pas donner d'explications (ben non, la Conseillère ne dira pas pourquoi elle a agi comme elle l'a fait, puisque les victimes ne veulent pas... Alors déjà, si l'on se réfère à ce qui se passe dans la réalité, une victime a besoin de comprendre pourquoi elle a été victime, et ensuite, ça donne un final incroyablement naïf).

Bref, un livre à oublier.

Lien Amazon :